Questions – Réponses

Share Button

SUR LE SEJOUR

 

Y a-t-il une durée minimum pour un séjour ?

L’association estime souhaitable une présence d’au moins 3 mois  durant l’année scolaire afin de faciliter l’établissement de liens intergénérationnels (voire 2 mois l’été).

Bon à savoir : les propositions d’hébergement de juin à fin août sont assez fréquentes pour pallier à l’isolement des séniors.

Y a-t-il une durée maximum ?

La convention d’hébergement est prévue pour 10 mois au maximum, renouvelable éventuellement si accord du sénior et de l’association. Une période de carence est demandée entre deux contrats. Rappelons qu’il s’agit d’un hébergement à titre provisoire et précaire.

Que se passe-t-il si en cours d’année la personne chez qui j’habite part en vacances, à l’hôpital ?

Quand le senior part en vacances ou dans sa famille durant l’année, en principe cela ne change rien pour vous, vous continuez à habiter dans le logement. Vous serez seul à la maison … profitez-en mais raisonnablement (il y a toujours des voisins pour informer). Si le sénior part à l’hôpital, c’est pareil … Pensez à vous informer de son état de santé et à lui rendre visite (règles de savoir vivre !)

Que se passe-t’il si en cours d’année la personne chez qui j’habite doit partir en maison de retraite ou décède ?

C’est évidement une cause de rupture de contrat … mais vous aurez, quoi qu’il arrive, un mois de préavis, et même souvent plus car tout mettre en ordre et rendre l’appartement nécessite pas mal de temps. Par ailleurs, si vous vous entendez bien avec la famille, soucieuse de ne pas compromettre vos études elle vous proposera souvent de rester dans les lieux plus longtemps.

Il est nécessaire de vous organiser ensuite pour chercher un autre logement via l’association ou par vos propres moyens. L’association de son côté cherchera pour vous mais ne peut vous garantir de vous trouver un logement équivalent (situation, présence …) donc peut vous proposer des alternatives qui ne vous conviennent pas. L’association est tenue d’une « obligation de moyens » et non « de résultats ».

Que se passe t-il si « le courant » ne passe pas avec la personne qui m’héberge ?

L’association évite en général ces situations en choisissant des personnes compatibles pour mener une cohabitation. Si toutefois, des tensions surviennent, elle essaiera d’agir en tant que conciliatrice (médiation). Le suivi hebdomadaire des deux premiers mois sert à détecter ce risque de dysfonctionnement. Si la situation persiste, un préavis d’un mois sera lancé pour mettre fin à la cohabitation. En fonction des parts de responsabilité des uns ou des autres, une autre cohabitation pourra être proposée.