Questions – Réponses

Share Button

 

SUR LA COHABITATION INTERGÉNÉRATIONNELLE

Est-ce que cette forme d’hébergement (cohabitation solidaire et intergénérationnelle) est adaptée à tout type de candidat ?

La cohabitation avec une personne âgée ne peut pas convenir à tout le mondeTout dépendra de la personnalité et des envies de chacun. Quelques réflexions peuvent vous aider à vous décider

- Quelles images / a priori ai-je d’une personne âgée ? Lorsque cette dernière radote un peu, suis-je agacé, impatient ou plutôt attendri ?

- Aurais-je du temps à consacrer à la cohabitation avec la personne âgée ?

- Quel est le mode de vie que je souhaite avoir ? Est ce que je souhaite privilégier les sorties avec mes amis, ma vie étudiante ? Ou bien privilégier mes études, la tranquillité, et le partage de savoirs avec une personne d’une autre génération que la mienne ?

Il est important de se poser ces questions et d’y répondre pour soi-même avec la plus grande honnêteté. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, pas de jugement de valeur. Tout le monde n’a pas les mêmes envies et les mêmes priorités au même moment. Vous pouvez vous rendre compte que ce type de cohabitation n’est pas adapté pour vous pour le moment et que cela convienne parfaitement l’année prochaine.

Qui peut bénéficier d’un accueil en cohabitation solidaire et intergénérationnelle ?

La Loi ELAN, promulguée en novembre 2018, recadre les profils des bénéficiaires en recherche d’hébergement. Ils doivent être âgés de moins de 30 ans.

Peuvent s’inscrire à l’association :

-Les étudiants. Ils constituent plus des 2/3 des hébergés

-Les jeunes travailleurs 

-Les demandeurs d’emploi avec un réel projet personnel et professionnel

Qui sont les hébergeurs qui accueillent des jeunes ?

En principe, les candidats sont des seniors âgés de plus de 60 ans. La moyenne d’âge des hébergeurs à Nantes Renoue est de 79 ans (au 31/12/2018). Il y a davantage d’hébergeurs femmes que d’hommes, et ceci, principalement pour des raisons d’ordre démographique. En effet, les femmes ont une espérance de vie plus longue que les hommes. Nous avons également certains hébergeurs en situation de handicap.

En présence solidaire (présence régulière sans contribution financière demandée par l’hébergeur), les personnes âgées sont souvent moins autonomes. Elles ont besoin de plus d’attention et de présence.

En revanche, en présence conviviale, c’est à dire contre le versement d’une contribution financière et une implication moins grande, les hébergeurs sont habituellement plus indépendant. Il s’agit de retraités encore actifs, souvent moins exigeants dans l’échange à attendre du jeune.

Doit-on connaître le public des « personnes âgées » pour cohabiter ?

Non, car vous n’aurez pas à vous « occuper » de la personne, même dans l’hypothèse d’un hébergeur en perte d’autonomie. Il y a des professionnels pour la prise en charge des services à la personne déjà en place ou qui deviendraient nécessaires.

Vous aurez au minimum à être présent au domicile les nuits (en moyenne 5 à 6 nuits par semaine) sous forme de « veille passive ». Il s’agira à côté,  d’établir des relations harmonieuses et amicales et de prévenir les personnes compétentes en cas de problèmes.

Une sensibilisation à la vieillesse et/ou au handicap est toutefois requise pour l’accueil au domicile d’un senior en perte de ses facultés intellectuelles ou physiques. Pour information, en 2018, seule une hébergeuse souffrait d’une pathologie lourde (Alzheimer). Une étudiante infirmière a été choisie pour vivre à ses côtés, en raison de sa formation. Toutefois, aucun soin ne pouvait lui être demandé.

SUR LE LOGEMENT

Combien d’offres de cohabitations avez-vous à disposition des candidats à héberger ?

Les offres ne sont pas suffisantes pour satisfaire l’ensemble des demandes. Nous donnons une suite favorable à environ 1/3 des candidatures (en vue de la rentrée universitaire de septembre). A vous de présenter un dossier de qualité pour optimiser vos chances de réussite. En revanche, nous avons de nouvelles propositions tout au long de l’année. En acceptant d’être logés dès le printemps vous optimisez vos chances.

Où sont situés les logements ?

Les offres de cohabitations sont principalement situées à Nantes (+ de la moitié), mais également dans sa proche agglomération (moins de 25 kilomètres aux environs)…

Quel délai avant d’obtenir une chambre ?

L’association ne peut pas garantir de délai précis, cela peut prendre quelques jours, semaines, plusieurs mois ou bien ne jamais arriver. Il n’y a pas de liste d’attente à proprement parler. Votre demande est traitée dès qu’elle arrive et sera comparée aux offres de cohabitations. La sélection ne s’opère donc pas en fonction de la date de la demande, mais en fonction de la motivation de la personne, de ses attentes, de ses envies, de ses disponibilités, de son caractère. La constitution des binômes se fera par rapport à tous ces critères.

L’accès à ma chambre m’est-il exclusif ?

Il s’agit d’une pièce d’intimité dans laquelle l’hébergé est censé travailler, dormir…Il doit l’entretenir et la remettre dans l’état où il l’a trouvée en aménageant. L’hébergeur n’est pas censé y aller le temps du séjour, sauf après avoir prévenu le jeune, pour un éventuel « contrôle de routine ».

Est-ce que je peux trouver un logement avec mon ami ?

Vivre en couple chez un senior n’est pas une option recommandée par l’association, ni souhaitée par les hébergeurs. Il s’agit de lutter contre l’isolement d’une personne âgée, pas de vivre sous son toit en « autarcie ». Certains acceptent de manière exceptionnelle d’accueillir le ou la conjointe de leur hébergé(e) une fois la confiance et relation bien installées.

En revanche, certains hébergeurs mettent plusieurs chambres à disposition. Il s’agit de pouvoir bénéficier d’une présence quasi continue sur l’année pour la personne âgée (formule solidaire)

Est-ce que les seniors acceptent les animaux de compagnie ?

En principe, non.

Est-ce que je pourrai recevoir des amis dans le logement ?

En principe oui mais essentiellement dans la journée, ponctuellement, et après avoir prévenu la personne qui vous loge.

Comment s’opère le partage de la cuisine ?

Vous aurez la possibilité de prendre sur place votre petit-déjeuner, déjeuner et dîner. Généralement un placard vous est réservé ainsi qu’une partie du réfrigérateur pour y entreposer vos provisions. Nombreux seniors apprécient que le jeune partage leur table le soir et qu’ils cuisinent ensemble, et ce quelque soit la formule retenue. En effet, le repas est un moment convivial où le dialogue est possible.

Y a-t-il quelque chose de prévu pour le lavage du linge?

Cela dépend, certaines personnes âgées prêtent volontiers leur lave-linge (en général, c’est vous qui devez fournir votre lessive), d’autres sont plus inquiètes et acceptent à condition de faire tourner elles-mêmes la machine, d’autres encore vous conseillent la laverie automatique …

Est-il possible d’avoir accès à Internet ?

Au dernier « recensement », 2 hébergeurs sur 3 ne disposaient pas encore  de connexion internet. Pour les autres, vous pourrez utiliser  leur réseau, avec leur autorisation (transmission de la clé Wi-Fi). A défaut, le plus pratique consiste à utiliser votre connexion personnelle de téléphone (clé 4G) 

SUR LES ENGAGEMENTS

 

Dans la formule d’hébergement « solidaire », est-ce que je dois être là tous les soirs et le week-end ?

L’emploi du temps est défini avec chaque senior mais l’usage est de rentrer au domicile du senior entre 19 h et 20 h. De plus, vous disposerez  d’une soirée libre la semaine (ce qui n’inclut pas le week-end) .

En ce qui concerne les week-ends, et ce toujours en présence solidaire, vous disposerez de 2 week-ends libres par mois, pendant lesquels vous pourrez vous absenter (dates à convenir d’avance avec le senior pour s’organiser).

Attention : quand on parle de présence le week-end, il s’agit de présence le soir et la nuit, dans la journée vous faites ce que vous voulez, tous les week-ends.

Quels sont les documents qui officialisent mon engagement avec le jeune et l’association?

Avec le jeune, l’association rédige un contrat de cohabitation et une charte intergénérationnelle. Vous et votre hébergé devrez la lire et signer avant l’aménagement.

Avec l’association, un bulletin d’adhésion sera à signer et en échange du paiement de votre cotisation annuelle (fixée au 31/12/2018) à 300 € par an, un reçu vous sera remis.

Je souhaite rentrer chez moi le week-end, puis-je m’inscrire ?

Oui, mais uniquement dans la formule « conviviale » avec contribution financière.

Que se passe-t-il pour les vacances d’été ?

L’essentiel des demandes d’hébergements s’étendent de septembre à juin (public « étudiant »). Vous êtes donc libre de partir en fin d’année scolaire. Prévoir un départ anticipé fin avril ou mi-mai limite vos chances d’être accepté chez un senior.

Si vous voulez rester, il sera possible soit de prolonger le contrat de 2 mois si le senior reste chez lui l’été (modalités à négocier entre vous), soit de vous trouver un logement chez une personne qui reste chez elle et dont l’étudiant est parti en vacances.

Si je choisis la formule conviviale, quelles sont mes contraintes?

Celle de la convivialité, du respect, de la bonne éducation et du règlement de votre contribution mensuelle aux charges. Vous avez dans cette formule, une plus grande liberté d’horaires, d’allées et venues. Si vous vous absentez, vous prévenez par politesse comme vous le feriez chez vos parents.

SUR LE SEJOUR

 

Y a-t-il une durée minimum pour un séjour ?

L’association estime souhaitable une présence d’au moins 3 mois  durant l’année scolaire afin de faciliter l’établissement de liens intergénérationnels (voire 2 mois l’été).

Bon à savoir : les propositions d’hébergement de juin à fin août sont assez fréquentes pour pallier l’isolement des seniors.

Y a-t-il une durée maximum ?

La convention d’hébergement est prévue pour 10 mois au maximum, renouvelable éventuellement si accord du senior et de l’association. Une période de carence est demandée entre deux contrats. Rappelons qu’il s’agit d’un hébergement à titre provisoire et précaire.

Que se passe-t-il si en cours d’année la personne chez qui j’habite part en vacances, à l’hôpital ?

Quand le senior part en vacances ou dans sa famille durant l’année, en principe cela ne change rien pour vous, vous continuez à habiter dans le logement. Vous serez seul à la maison … profitez-en mais raisonnablement (il y a toujours des voisins pour informer). Si le senior part à l’hôpital, c’est pareil … Pensez à vous informer de son état de santé et à lui rendre visite (règles de savoir vivre !)

Que se passe-t’il si en cours d’année la personne chez qui j’habite doit partir en maison de retraite ou décède ?

C’est évidement une cause de rupture de contrat … mais vous aurez, quoi qu’il arrive, un mois de préavis, et même souvent plus car tout mettre en ordre et rendre l’appartement nécessite pas mal de temps. Par ailleurs, si vous vous entendez bien avec la famille, soucieuse de ne pas compromettre vos études elle vous proposera souvent de rester dans les lieux plus longtemps.

Il est nécessaire de vous organiser ensuite pour chercher un autre logement via l’association ou par vos propres moyens. L’association de son côté cherchera pour vous mais ne peut vous garantir de vous trouver un logement équivalent (situation, présence …) donc peut vous proposer des alternatives qui ne vous conviendront pas. L’association est tenue d’une « obligation de moyens » et non « de résultats ».

Que se passe t-il si « le courant » ne passe pas avec la personne qui m’héberge ?

L’association évite en général ces situations en choisissant des personnes compatibles pour mener une cohabitation. Si toutefois, des tensions surviennent, elle essaiera d’agir en tant que conciliatrice (médiation). Le suivi hebdomadaire des deux premiers mois sert à détecter ce risque de dysfonctionnement. Si la situation persiste, un préavis d’un mois sera lancé pour mettre fin à la cohabitation. En fonction des parts de responsabilité des uns ou des autres, une autre cohabitation pourra être proposée.

SUR L’INSCRIPTION

 

Peut-on s’inscrire tout au long de l’année ?

Oui, car les seniors proposent des chambres tout au long de l’année, sans se limiter à la rentrée universitaire. Cependant, le mois de septembre constitue la période la plus tendue car il concentre un nombre important de demandes.

Je suis mineur puis je déposer une candidature ?

Pour devenir membre de l’association il faut être majeur l’année de la cohabitation. Jusqu’à cette date les parents se portent garants et co-signent les documents juridiques de l’association (décharge parentale). La maturité n’est pas toujours liée à l’âge, mais sachez que pour être hébergé il faut savoir faire preuve d’un minimum d’autonomie (préparer son repas, participer aux tâches du quotidien …)

Je n’ai pas encore ma carte d’étudiant, puis je m’inscrire ?

Oui, nous avons besoin de temps pour trouver une chambre. Autant commencer les recherches le plus tôt possible. Vous fournirez la photocopie de votre carte quand vous l’aurez.

Je n’ai pas encore de titre de séjour, puis je m’inscrire ?

L’inscription reste envisageable mais reste plus complexe. Il faut nous présenter l’attestation prouvant que vous en avez fait la demande et que vous êtes en attente d’un rendez-vous à la Préfecture (récépissé). A défaut, nous ne pourrons prolonger l’hébergement dans notre cadre associatif. Les hébergeurs ont besoin d’être rassurés et s’engager sur la durée. Si la candidature présente trop d’incertitudes, ils pourront préférer un dossier avec moins d’aléas.

Je suis une formation en alternance, puis je trouver un logement dans cette situation ?

Oui si vos deux lieux de formation (école et entreprise) sont en région nantaise. Dans le cas contraire, l’hébergement n’est pas évident car les seniors qui proposent une cohabitation souhaitent souvent une présence continue. Ils privilégieront un candidat davantage impliqué.

INFORMATIONS PRATIQUES

Puis-je bénéficier des Allocations Logements si je verse une contribution financière à mon hébergeur ?

Oui, la CAF prévoit formellement la situation d’hébergement en cohabitation intergénérationnelle  depuis 2019 et à ce titre peut verser au jeune qui en fait la demande une aide au logement mensuelle.  Une simulation de montant est possible sur le site de la CAF, à titre estimatif : http://www.caf.fr/allocataires/mes-services-en-ligne/faire-une-simulation  

Quelle assurance prendre ? Combien ça coûte ?

Vous devrez, pour entrer dans les lieux, être en possession d’une attestation d’assurance responsabilité civile mise à jour. En tant qu’étudiant il est possible de s’assurer pour moins de 20 € par an (cf votre Mutuelle Étudiante). Des organismes d’assurances spécialisés pour ce type d’hébergement existent. C’est par exemple le cas sur le site d’assurance logement/étudiants  ADH  :  www.assurances-etudiants.com.

Pour les jeunes salariés ou les demandeurs d’emplois, rapprochez vous de votre assureur ou de votre banque. En effet, vous êtes peut-être déjà assurés « responsabilité civile » via votre véhicule ou par la protection de vos moyens de paiement (carte bleue, chéquier)…

Je suis pris en charge par l’assureur de me parents. Est ce suffisant ?

La plupart des compagnies d’assurance n’assurent plus les enfants en responsabilité civile lorsqu’ils quittent le domicile familial. Renseignez-vous.

Étant étudiant je suis assuré par la SMEBA ou la LMDE est ce suffisant ?

La SMEBA ou la LMDE sont des mutuelles qui gèrent la sécurité sociale étudiante … Elles peuvent vous assurer en responsabilité civile et habitation mais c’est en supplément.

 

AUTRE MODE D’HABITAT / DISPOSITIF DES « VOISINS SOLIDAIRES »

 

En quoi consiste ce dispositif ?

Les partenariats :

Né d’un partenariat avec des associations en lien avec le monde du handicap, le dispositif consiste à mettre à disposition un logement au sein de foyers pour adultes en situation de handicap.

Les voisins solidaires disposent d’un hébergement en échange d’une veille passive et rassurante de nuit. Ils se relaient entre eux sur places après le départ des professionnels le soir et l’arrivée de ceux du matin (20h30/8h). Ils vivent en « inclusion » au sein des foyers concernés.

Ils ne versent pas de loyers sinon une contribution aux charges, fixée à 70 € par mois et par occupant.

- Ils participent ponctuellement à des rencontres conviviales dans la salle commune

- Ils servent de relais d’information entre les professionnels et les bénéficiaires

Les différents sites :

Au 31/12/2018, Nantes’Renoue disposait de 8 offres d’accueil pour ces voisins solidaires réparties en 4 sites.

Un premier partenariat, conclu avec l’ADAPEI44, propose 3 lieux de vie en faveur de 7 voisins solidaires. Ils sont situés :

- Foyer du Tillay (St Herblain) : 2 studios mis à disposition de 2 jeunes au profit de 6 jeunes adultes en situation de handicap

- Foyer de la Gilarderie (Nantes Sud) : 1 duplex mis à disposition de 3 jeunes au profit de 15 adultes en situation de handicap

- Foyer Ker’âge (rue Gambetta/Nantes centre) : 2 studios mis à disposition de 2 jeunes au profit de 8 adultes vieillissant en situation de handicap

Un second partenariat, conclu sur les mêmes bases avec l’association ARTA, propose de mettre à la disposition d’un jeune un studio (St Sébastien sur Loire) au profit de 6 personnes en rééducation (suite à des traumatismes crâniens).